BlogGay - Rencontre gay géolocalisée sur PC et Smartphone ! - Cette semaine, nouveaux inscrits - Meetings between gay guys -  rencontres gay et lesbien francophonemeetings gay UKeventi gay in Italiagay ontmoetingen in het NederlandsEventos gay en Españaschwule in 

deutschlandasieOther

BlogGaychat avec des mecs de ta régionZONE DIAL france + 600.000 inscrits | BlogGayVOD 18+ | Rencontres gay & Men's dating |  Gay Vidéo On Demand | Gay WebCam | Suivre BlogGay sur Twitter - Follow on Twitter@BlogGay

GUIDE GAY SEXE Lille Bruxelles Anvers Paris

LE SEUL BLOG GAY SEXE-MAGAZINE DES GENS DU NORD ET DE LA BELGIQUE

DANS CE BLOG-MAG UNIQUEMENT LES ETABLISSEMENTS AVEC CRUISING SUR LILLE,LENS, BRUXELLES,ANVERS,GAND ET PARIS. DEPUIS NOVEMBRE 2015 DE NOMBREUSES INFOS SUR PARIS CAR ON Y VA EN BUS DE LILLE POUR MOINS DE 20 Euros L'ALLER ET RETOUR (pour toutes infos me contacter).
________________________
LES CRUISINGS LILLOIS

LE SLING : FETISH-SEXE-CLUB OUVERT 7/7
LE CUBE : CRUISING SHOP

CHACUN DES 2 SAUNAS A SA TYPOLOGIE DE CLIENTELE. A VOUS DE TESTER...

SAUNA LES BAINS:
UNE INSTITUTION HOT SEXE qui a feté ses 20 ans le 12 février 2016

SAUNA LE SOHO:
LE SAUNA DETENTE
______________________
AU 1 NOVEMBRE 2017 vous étiez toujours aussi nombreux à consulter mon blog.Merci à vous

Album photos de sexpartylille

Home |   Profil |   Physique - Sexualité |   Stats |   Chat Gay

LES PHOTOS DES ARTICLES RESTENT 6 MOIS. CE BLOG VOUS RECOMMANDE LE PORT DU PRESERVATIF

AGENDA EXPRESS LILLE

SAUNA LES BAINS : SOIREE MENSUELLE LE 1er et 3ème VENDREDI DU MOIS.

SAUNA LE SOHO : SOIREE MENSUELLE LE 3ème VENDREDI DU MOIS.

CRUISING LE CUBE: NAKED/UNDERWEAR LE DERNIER DIMANCHE DU MOIS.




Le blog est décomposé en unités d'énonciation datées, appelés billets ou articles / The blog is broken up into dated units of stating, called tickets or articles Mes Billets/Articles

Titre du billet FILM : CHURCHROAD 2/2
Posté le lundi 06/11/2017 à 16h43 RSS signifie Really Simple Syndication


« chUrchroad » : pourquoi les gays vont encore dans les sexclubs aujourd’hui ? 2/2

Il n’y a bien évidemment pas que des bons côtés. Le Church devient pour beaucoup une addiction, une fuite qui amène les plus accros à avancer avec des oeillères. C’est une parenthèse sexuelle dans laquelle on peut vite se perdre. Ce n’est pas vraiment la réalité. L’alcool peut couler en abondance et les drogues circuler. S’il montre les revers de ce genre d’établissements, le réalisateur omet quelques points pourtant intéressants : la question de la multiplicité des corps (comment est-ce que cela se passe quand on n’a pas le physique taillé pour se balader moulant ou en jockstrap ? / ce type d’endroit est-il vraiment inclusif pour tous les types de « profils » ?), les nombreuses IST qu’on peut y attraper et la question épineuse de la PrEp (on suppose qu’à Amsterdam comme ailleurs le comeback fulgurant de nos chères gonhorrées et syphilis est de mise)…

« chUrchroad » est avant tout l’expression d’un point de vue, celui de son auteur, qui a l’impression d’être en accord avec lui-même en allant régulièrement dans ce cocon où l’inhibition n’existe plus. Il évoque le sujet de la fidélité dans le couple gay, de la difficulté d’être exclusif. Robin a pour sa part décidé d’être honnête avec lui-même et open : quand il est en couple, il continue d’aller au Church seul ou avec son compagnon. Des règles sont fixées (que du safe sex, du sexe consommé uniquement sur place sans implication sentimentale). Ce mode de fonctionnement l’amène à se sentir serein et à éviter le mensonge.

Le sexclub, c’est enfin une façon de dire fuck à une partie de la société. Celle qui voudrait qu’il y ait d’un côté les gays « mainstream » et vanille que l’on accepte et les vilains gays qui explorent à fond leur sexualité de l’autre. Le sexe hard, sans engagement, est une façon de se fondre dans l’underground, de tourner le dos à la bien-pensance et cette fichue réalité parfois un peu déprimante.

On ressort de ce film avec un sentiment contrasté. A la fois porté par la liberté et l’excitation de la chose et conscient des potentiels dangers, de l’addiction aux plaisirs désincarnés. Pas de doute que les questionnements de Robin Vogel trouveront un écho auprès de nombreux spectateurs gays.

 Produit en 2016 // Film disponible en VO non sous-titré sur Vimeo

Titre du billet FILM : CHURCHROAD 1/1
Posté le lundi 06/11/2017 à 16h45 RSS signifie Really Simple Syndication

« chUrchroad » : pourquoi les gays vont encore dans les sexclubs aujourd’hui ? 1/2

Robin Vogel est gay, trentenaire et vit à Amsterdam. Sa vie s’est légèrement transformée alors qu’il a mis les pieds pour la première fois dans le sexclub le « Church ». Il s’agit là du grand bordel gay d’Amsterdam. De nombreuses soirées y sont organisées, certaines naturistes d’autres plus fetish ou habillées. Quoi qu’il en soit, les garçons qui y vont savent qu’ils peuvent s’échapper de la réalité. Entre ces murs, tous les plaisirs sont permis. On s’envoie en l’air dans des cabines mais aussi en s’exhibant en public à l’étage supérieur, sur la piste de danse ou même sur le bar.

Comme beaucoup de gays pénétrant dans un sexclub, Robin a été fasciné par cette libération, déstabilisé par le côté cash et vulgaire. Excitation des corps qui se rendent disponibles facilement, des personnes qui sont là pour se mélanger. Au Church comme dans d’autres établissements de ce genre, la société, le jugement, l’homophobie n’existent plus. On peut se lâcher, être et faire ce que l’on veut. On peut pousser ses limites, expérimenter. Le plaisir s’offre, immédiat, sans prise de tête. Mais n’y a-t-il pas un prix à payer ? Un danger ?



Robin, qui est le réalisateur de ce film, raconte comment le Church fait partie de sa vie et de celles de plusieurs gays. Il a mis en chantier ce film après la mort de son oncle homosexuel dont il était très proche. Un homme qui contrairement a lui n’a pas vraiment vécu à fond sa sexualité, terminant ses jours seul. Il s’abreuvait des récits de son neveux avec qui il pouvait tout partager. Grâce à son héritage, Robin a pu s’acheter une caméra et interroger son rapport à ce sexclub emblématique, et interroger sa propre sexualité par la même occasion.

Pourquoi va-t-on dans un sexclub ? Pour s’envoyer en l’air bien évidemment mais pas que. On y rencontre des gens instantanément sans passer des heures sur des applications de rencontres. Il y a l’ivresse et l’excitation du moment présent, de la surprise, d’un regard qui croise le votre et vous fait comprendre que l’envie est là. Un sexclub c’est une bulle : peu importe ce que vous faites, qui vous êtes, vous acceptez tacitement de devenir un animal sexuel. Tout devient possible et la porte de l’exploration des désirs est grande ouverte. C’est grisant, libérateur, jouissif. A tel point que certains y vont deux ou trois fois par semaine.


Titre du billet SAUNA MACHO : NAKED
Posté le lundi 06/11/2017 à 16h59 RSS signifie Really Simple Syndication


MACHO SAUNA BRUXELLES NAKED

 DEPUIS MAINTENANT LE DEBUT DE L'ETE, TOUS LES MARDIS RETROUVEZ-VOUS NU ! COMPLETEMENT NU, NON PAS AU SOLEIL MAIS AU MACHO SAUNA.

COMME BEAUCOUP D'ETABLISSEMENTS PARISIENS OU CETTE FORMULE EST UN VERITABLE SUCCES, LE MACHO SAUNA S'ENCANAILLE ET VOUS FAIT PASSER UN MOMENT ENCORE PLUS HOT ET EXCITANT DANS SON ANTRE OU VOUS VOUS RETROUVEREZ TOUS A POIL.

SAUNA MACHO :www.machosauna.be

Titre du billet HOMO DIGITAL SAPIENS
Posté le lundi 13/11/2017 à 16h19 RSS signifie Really Simple Syndication

HOMO DIGITAL SAPIENS 2/2

Car ce n’est ni plus ni moins que nos vies toutes entières qui sont devenues des marchés à conquérir pour ces starts-ups innovantes et avides. Avec leurs produits vite rendus indispensables par un marketing incisif et impitoyable, elles ont pénétré nos cerveaux, nos fantasmes et nos chambres à
coucher. Sans respect aucun pour votre l’individu, et sans pitié pour les acteurs de l’économie traditionnelle.
Avec l’illusion donnée à l’usager de pouvoir faire des milliers de rencontres sans bouger de son canapé, les applis mobiles de rencontres connaissent logiquement un succès fulgurant, chez les gays comme chez les hétéros. Elles sont addictives comme les réseaux sociaux et vous envoient rappels et notifications si par hasard, vous les oublier quelques heures. Les rencontres sexuelles ne s’appuient plus sur des envies spontanées mais se consomment, se gèrent et prennent leur place dans nos agendas quotidiens. Elles ont perdu leur part de naturel pour devenir des automatismes consuméristes.
Alléluia : on peut enfin rompre avec son amant sur un écran Oled dernier cri sans laisser de traces de doigts sur l’écran !
En passant des heures sur un clavier, il devient logique que l’on n’ait plus le temps de sortir pour rencontrer des vraies personnes avec qui échanger. Le dicton ne dit-il pas : « On ne peut pas être au four et au moulin »? Normal donc dans ces conditions que certains chefs d’établissements
ou responsables associatifs, de guerre lasse et devant le constat de baisses continues de
fréquentation, finissent par jeter l’éponge et baisser le rideau. Nos moments de sexualité s’Ubé- risent et s’appuient désormais sur des technologies performantes. A l’autre bout de la planète, les serveurs jouent de leurs algorithmes pour trouver l’homme idéal. Marché juteux puisque les outils ont été conçus pour vous inviter à la surconsommation.
Vous cherchez un homme ? Les applis vous en proposent mille ! Testez celui-là d’abord, vous testerez les autres après. Faites votre liste de courses, modifiez vos préférences, ajustez vos envies, vos fantasmes, l’appli saura vous apporter toutes les solutions sur un plateau, sans bouger de votre canapé. Tout est planiable, programmable. Le sexe se consomme désormais comme un produit et se vit de moins en moins comme une éxpérience. La quantité crée la banalité. On prend le plaisir, on jette le mec, on rentre chez soi,… Et puis vient assez vite ce sentiment de solitude, une solitude bien réelle.
Alors, tel un tox en manque, avec le matériel d’injection numérique, on  se  reconnecte Inlassablement.
Votre solitude est trop profonde? pas grave ! Les génies du web ont pensé à tout : vous n’avez pas de vie sociale (réelle) ? Facebook, Twitter, Intagram et consorts vont vous aider à construire, tel un jeu
de stratégie sur une Playstation, un réseaux d’amis, avec des vrais et des faux, que vous n’avez jamais vu et que vous ne verrez jamais, mais vous aurez l’illusion d’être moins seul. Le comble absolu est que parmi vos amis virtuels, certains seront de vrais faux profils, complètement fake. Le virtuel dans le
virtuel. Mais l’illusion, au moins pour un temps, vous rendra (presque et peut-être) heureux. Sur Facebook, vous aurez peut-même l’idiotie de poster votre ragout-maison et votre super plat au restau, tout en sachant qu’à l’autre bout de la planète, il y a
un crève-la-faim qui se dira «il en a de la chance»… Et ce savoir sournois vous remplira de joie presque
inconsciente, malsaine certes, mais vous donnera l’impression d’avoir réussi et d’avoir votre place dans l’échelle sociale. Dans l’illusion la plus parfaite… On ne crée rien sans relations humaines sincères.
Alors un jour, fatigués de nous être tous faits bernés mille fois, nous ouvriront les yeux. Usés par le virtuel et affranchis temporairement de
l’esclavage de nos smartphones, nous détournerons le regard et nous mettrons en marche vers nos lieux communautaires et de socialisation
naturelle. Jusqu’à rester planté devant la porte définitivement close de notre établissement préféré qui aura déposé son bilan, avec l’agacement de mauvaise foi parce quele client est Roi. Regretter  l’ancienne économie et les vrais sourires… et tel un vieux con, dire : «c’était mieux avant». Il vous/nous appartient de maintenir ce que l’on pense être important pour nos vies et nos envies, et chacun à sa manière d’y participer.

Il arrive quand l’iPhone X déjà ?

Titre du billet AIDS DAY : 1er DECEMBRE
Posté le lundi 13/11/2017 à 15h35 RSS signifie Really Simple Syndication


 


VENDREDI 1er DECEMBRE

JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA

Cette année encore mobilisez-vous ! Mettre fin à l'épidemie du SIDA d'ici 2030, c'est possible

Appelez le 110 pour faire une promesse de don.

[1 2 3 4 5]

Accéder à tous les articles de ce blog

Haut de page | Le contenu de ce blog est publié sous la seule responsabilité de son auteur sexpartylille | Copyright © 2017 BlogGay
Hébergement gratuit de blogs BlogGay.com | ZeGay | RebeuGay | BlogGayvod.com | Nous suivre sur Twitter | Signaler un abus